imprimer (nouvelle fenêtre)

Familles. - Famille De Casaux

Série de classement : 232J

Dates extrêmes : 1779-1807                                                     

Importance matérielle : 0,20 ml

Communicabilité : librement communicable

Contenu : Fonds d’archives acquis par les Archives départementales de Seine-et-Marne.

La famille de Casaux appartient à la noblesse de robe et est originaire de Bordeaux. Le fonds est principalement centré sur la personne de Guillaume-Joseph de Casaux, seigneur de Laroze, de Saint-Androny et d’Anglade, de Cousseau et autres lieux, conseiller au Parlement de Bordeaux en 1784. Il est nommé président à mortier le 27 février 1785, en succession de son père Pierre-Emmanuel de Casaux, mort avant 1780, chevalier, conseiller du Roi en ses conseils, président à mortier au Parlement de Bordeaux. Sa mère, Marie-Angélique de Saige appartient à une famille d’armateur négociant bordelais. Il entreprend une carrière de négociant, exploitant de vin à Mérignac, à Pessac, l'Isle Cazaux. Guillaume-Joseph de Casaux devient propriétaire d’une verrerie à Passy désignée dans les différents papiers comme la verrerie de Sèvres et rachète à Claude-Xavier Caroillon Destillières le château et domaine de Sainte-Assise, à Seine-Port en 1794. Il s'y installe le 17 messidor an III, avec sa femme, Marguerite-Thérèse-Fortunée de Taillefer qu’il a épousé à Saint-Front de Périgueux, le 21 octobre 1780 et leur fille unique Laure (1788-1858), accompagnée de Mme Roullier, gouvernante et préceptrice. Quelques documents concernent son oncle le chevalier Jean-Elie de Casaux, seigneur de Francs, Bégles et Saint-Uzain, brigadier des armées du roi (1779-1786) et résidant, 2 rue Judaïque à Bordeaux.

Ce fonds d'archives est constitué de trois parties :
  • les relations familiales principalement entre l'oncle et le neveu, mais aussi le reste de la famille, avec une correspondance assez soutenue. Cette correspondance, très détaillée, écrite par un homme jeune (né probablement en 1758 ou 1759), négociant entreprenant, est éclairante sur bien des aspects de la vie à la fin du XVIIIe siècle : vie quotidienne mais aussi mondaine, voyages, commerce, démêlés administratifs, financiers et judiciaires (pour l'oncle comme pour le neveu). Guillaume-Joseph de Casaux y évoque aussi l’achat du château de Sainte-Assise et de la verrerie de Sèvres.
  • les comptes de dépenses et recettes (1793-1806), dont certains tenus par Mme Roullier, avec des notes et brouillons, souvent sans date. Y sont mentionnées les dépenses pour les maîtres de chant et de danse, artisans, gages avec la date d'entrée des domestiques, emprunts et billets, sommes reçues de la verrerie et fourrages, paiements d'avocats dont Audiffret père et fils.
  • des lettres de change et des pièces de procédures relatives à des litiges bordelais, des quittances de la verrerie de Sèvres, dont Guillaume-Joseph de Casaux se sert pour fabriquer ses bouteilles et comme entrepôt pour son vin.