imprimer (nouvelle fenêtre)

La Brigade marocaine et la bataille de la Marne

La Brigade Marocaine a combattu aux côtés des troupes françaises lors de la Bataille de la Marne en septembre 1914 au prix de nombreuses victimes mais permettant de briser l'avancée ennemie sur Paris.

La Brigade Marocaine

Création et composition de la Brigade Marocaine

Le Maroc, sous protectorat français depuis 1912, est mis à contribution dès le début du conflit. En raison des besoins en effectifs, le Résident Général Lyautey doit envoyer des troupes en France dès août 1914. Une Brigade Marocaine sous les ordres du Général Ditte est d'abord composée comme ci-dessous :

  • 1er Régiment de Chasseurs Indigènes : sous les ordres du colonel Touchard
    - Chef du 3e bataillon : AUROUX
    - Chef du 4e bataillon : FUMEY
    - Chef du 5e bataillon : RICHARD D'IVRY
  •  2ème Régiment de Chasseurs Indigènes : sous les ordres du commandant Poeymireau
    - Chef du 1er bataillon : PELLEGRIN
    - Chef du 2e bataillon : CLEMENT
Retour au menu

L'affectation de la Brigade Marocaine en Seine-et-Marne

Photographie en forêt de plusieurs soldats faisant partie des troupes coloniales et entourant un blessé sur une civière : le Général Poeymirau (AD77, 4Finum32)

Photographie en forêt de plusieurs soldats entourant un blessé sur une civière : le Général Poeymirau (AD77, collection Bonnot, 4Finum32)

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

La Brigade Marocain participe pleinement à la Bataille de la Marne. À la fin des combats, seuls 1800 hommes sont encore valides (chiffres provenant des recherches de Daniel Clément). Le 23 septembre 1914, la Brigade Marocaine est dissoute pour laisser place le 24 septembre au "Régiment de marche de chasseurs indigènes" aux ordres du commandant Poeymirau. Les Régiments sont ensuite cités à l'ordre de l'Armée à la fin de la guerre : « Disciplinés au feu comme à la manœuvre, ardents dans l’attaque, tenaces dans la défense de leurs positions jusqu’au sacrifice, supportant au-delà de toute prévision les rigueurs du climat du Nord, ils donnent la preuve de leur valeur guerrière. De telles qualités les placent définitivement sur le même rang que nos meilleures troupes d’Afrique et les rendent dignes de combattre, aux côtés des troupes françaises ».

Retour au menu

Les troupes coloniales en Seine-et-Marne

Que trouver dans les fonds des Archives départementales à leur sujet ?

Carte postale représentant des tirailleurs marocains soignant un blessé allemand près de Villeroy en 1914 (AD77, 2Fi9870)

Carte postale représentant des tirailleurs marocains soignant un blessé allemand près de Villeroy en 1914 (AD77, 2Fi9870)

Cliquer pour agrandir l'image

Outre de nombreux récits de la Bataille de la Marne, les Archives départementales de Seine-et-Marne conservent essentiellement des documents iconographiques à ce sujet. On peut y voir des soldats qui portent le plus souvent la tenue suivante : chéchia (bonnet) rouge souvent recouverte d'un couvre-chéchia de couleur neutre, vareuse, culotte kaki, bandes molletières kaki ainsi que des brodequins.

Retour au menu

Documents en références

  • Maréchal Juin, La Brigade Marocaine à la Bataille de la Marne (30 août au 17 septembre 1914), Guide des champs de bataille de l'Ourcq, Libraire polytechnique Béranger, France, 1964, 166 p.
    Cote : 16°1581
  • Clément Daniel, La Brigade marocaine - septembre 1914 - une meurtrière odyssée, Musée 14/18 de Villeroy, 2015, 331 p.
    Cote : 4°3805
  • Lebert Fernand, L'invasion dans le nord de la Seine-et-Marne, 1914, Etrepilly. La charge des zouaves, Meaux, 1918.
    Cote : AZ3206
  • Cabinet du préfet - Journée de l'armée d'Afrique et des troupes coloniales (8 juillet 1917).
    Cote : M3924
  • Affiche intitulée "Journée de l'Armée d'Afrique et des troupes coloniales", 1917.
    Cote : collection Taboureau, 17Fi442
  • Eric Deroo, Lcl Antoine Champeaux, L'histoire des troupes indigènes de l'armée française, Les Chemins de la Mémoire, Ministère de la Défense, n°234, mars 2013.
Retour au menu

Voir aussi

Sur Internet