imprimer (nouvelle fenêtre)

La Libération de la Seine-et-Marne du 20 au 29 août 1944

Fin juillet 1944, la Commission militaire du Comité Départemental de Libération (CDL) se réunit clandestinement à Melun. Une cinquantaine de groupes armés de la Résistance entrent en insurrection [...] et tout bascule pour une semaine exaltante et des plus dangereuses.

La libération du Sud de la Seine-et-Marne

[...] Les blindés de la 3e Armée américaine du Général Patton, parvenus à Ury et Achères, attaquent le sud du département. Dès le 20 août 1944, la 4e Division du XIIe corps d'armée (Général Eddy), traverse Souppes et fonce sur Sens; le 23, la 5e Division du XXe corps (Général Irwin) atteint Nemours, entre l'après-midi dans Fontainebleau qui libère ses prisonniers politiques, et installe un Comité Local de Libération (CLL) à la mairie. Le pont de Valvins détruit, c'est avec de lourdes pertes que les alliés établissent une tête de pont au Bas Samois. On se bat encore à Féricy quand l'aile droite, libérant et nettoyant Montereau avec l'aide de la Résistance, établit une seconde tête de pont sur la Seine.

Accueilli par les FFI à Dammarie-lès-Lys, Silvester est cependant immobilisé près de la gare de Melun essuyant des tirs d'artillerie depuis Cesson. Si les Allemands se retirent finalement au nord de la ville, l'artillerie américaine, mal informée (elle sera finalement prévenue par de courageux Melunais), pilonne le sud et les quais. Ce combat d'artillerie continue toute la journée du 24 et le verrou ne saute que lorsque le 3e groupe blindé franchit la Seine une troisième fois près de Ponthierry et prend la ville à revers. Le matin du 25, jour de la libération de Paris, les Américains entrent à Melun, guidés par 250 résistants commandés par le capitaine Hamelin, déjà maître de la préfecture. Le CDL s'installe, assume une première administration, en l'absence du préfet Paul Demange déporté par les Allemands. Les combats ont duré 72 heures et il faudra encore subir deux bombardements par des avions allemands (50 morts); car les Allemands sont encore près de 20 000 dans le département [...]

La bataille se déplace alors vers l'est : le 3e corps, jonction faire avec des troupes venues du sud, gagne Provins que tiennent des éléments autrichiens et des SS pourvus d'artillerie et de blindés [...]

Provins tombe le dimanche 27, les Américains ayant finalement préféré l'utilisation de l'aviation plutôt que de bombarder la ville à distance par l'artiellerie : un conseil municipal de la Libération s'installe [...].

La libération du Nord de la Seine-et-Marne

[...] dès le 24, sans attendre les Américains, mais après la mise sur pied d'un CLL et d'une Commission Administrative spéciale, les corps francs déclenchent le combat à Chelles, attaquent la caserne Sainte-Bathilde, se battent dans l'immense gare de triage. Les allemands se heurtent au commissariat mais reprennent la mairie, exécutent douze jeunes résistants, s'ouvrent un passage à l'aide de blindés dans les blocs de maisons. De farouches combats se déroulent encore à Saint-Soupplets, à Oissery où les survivants du groupe Hildevert sont massacrés comme le seront les résistants de Saint-Mesmes. Dans le dispositif américain, ce secteur échoit à la 1ère armée, entrée à Chelles le 26 et progressant vers Meaux et la Ferté-sous-Jouarre (Bradley a franchi la Marne à Esbly). De part et d'autre de ce grand axe, la libération s'échelonne sur 4 jours, troupes américaines et FFI se partageant l'ouvrage (combats entre Allemands et blindés à Trilport, Penchard, Nanteui...). CLL et municipalité provisoires se mettent en place...Le Préfet de la libération, Jean Latour, arrive à Melun le 29 août. La vie reprend, difficilement [...] La guerre perdure.


Extraits d'un texte de Claude Cherrier : "50e Anniversaire de la Libération de la Seine-et-Marne (août 1944-août 1994) ", Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, 1994 (AD77, 4AZ1110).

Documents en références

  • Direction des Archives et du Patrimoine, Service éducatif et culturel, 39-45, C'était comment la guerre ?, Melun : Conseil général de Seine-et-Marne, 2005 (Mémoire&Documents de Seine-et-Marne).
  • Bernard Dubois, "La semaine de la Liberté", In En Seine et Loing, Revue des Amis de Moret et sa Région, 2e trimestre 2004, n°172, pages 48 à 63.
    Cote : REV349/21.
  • Du Débarquement à la Libération de la Seine-et-Marne, La République de Seine-et-Marne, Hors-série, juin 2004, 62 p.
    Cote : PZ290A125.