imprimer (nouvelle fenêtre)

Faire l'histoire d'un combattant de la Grande Guerre

Les archives familiales

Une première source d'informations

carte postale représentant des soldats  devant des tombes françaises sur la route de Varredes (AD77, 2 Fi 8154)

Carte postale représentant des soldats devant des tombes françaises sur la route de Varredes.
(AD77, 2 Fi 8154)

Cliquez pour agrandir l'image

 Dans les Archives familiales, il n’est pas rare de retrouver :

  • des papiers d’état civil (acte de naissance, de mariage, de décès) contenant des informations précises sur le nom de famille, les différents prénoms (dans l’ordre), la date et le lieu de naissance du soldat recherché ;
  •  des lettres, des journaux personnels, des cartes postales, des photographies, des mémoires, des décorations (médaille militaire, croix de guerre, Légion d’honneur) permettant de retracer en partie le destin du soldat recherché ;
  •  le livret militaire du soldat permettant de connaître l’ensemble de son parcours en commençant par le numéro de son unité ainsi que ses différentes affectations et ses années de service.
Retour au menu

Le site "Mémoire des Hommes"

Une mine d'informations en ligne

Pour retrouver un combattant décédé au cours de la Première Guerre mondiale, la recherche doit commencer par la consultation de la base de données du site « Mémoire des hommes » :

Cette base contient les fiches de plus de 1,3 millions de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention « Mort pour la France ». Chaque fiche contient les informations suivantes : nom, prénoms, lieux et date de naissance et de décès, grade, corps, recrutement, matricules au corps et au recrutement, lieu et date de transcription de l’acte de décès, circonstances du décès.

Ce site n’est d’aucune utilité pour les soldats qui ne sont pas morts au cours du conflit. Il en va de même pour les fusillés (sauf en cas de réhabilitation). Il est donc possible de faire des recherches sur la base de données concernant les sépultures de guerre dans laquelle ne sont pris en compte les soldats morts et enterrés dans des nécropoles nationales ou dans les carrés militaires communaux :

Le site Mémoire des hommes fournit également une base de données sur l’ensemble des aviateurs de la période 1914-1918, qu’ils aient été tués ou non pendant le conflit :

Le site Mémoires des hommes propose aussi les journaux de marches et d'opérations (JMO) de toutes les unités engagées au cours de la Première Guerre Mondiale.
Pour au cours de la Première Guerre mondiale, la recherche doit commencer par la consultation de la base de données du site « Mémoire des hommes » : Le site Mémoires des hommes propose aussi les de toutes les unités engagées au cours de la Première Guerre Mondiale.

Le registre matricule : une source incontournable

Contenu

Description de l'image

Extrait d'une fiche matricule détaillant les blessures, citations et décorations d'un soldat.
(AD77, 1R1443)

Cliquez pour agrandir l'image


Conservés aux Archives départementales dans la sous-série 1R, ces registres – communément appelés registres matricules – recensent tous les hommes d’une même classe peu importe l’arme dans laquelle ils ont été versés : infanterie, génie, cavalerie, artillerie, etc. Attention, les registres matricules des officiers sont conservés au Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) et ceux des coloniaux au dépôt des Archives d’outre-mer.

Chaque fiche signalétique fournit des informations précieuses sur chaque individu telles que les caractéristiques physiques, les adresses successives de domicile, le degré d’instruction ou encore des informations médicales. Elle détaille également les affectations, les campagnes militaires, voire les conditions de décès du soldat. C’est donc la meilleure façon de connaître les grandes lignes de la carrière militaire du soldat recherché.

Retour au menu

Consultation

Les registres matricules sont librement communicables pour les classes 1912 à 1921 (arrêté du 20 décembre 2012 portant une dérogation générale à l'article L213.2 du Code du Patrimoine). Les informations à caractère médical sont toutefois occultées lors de la communication en salle de lecture pour les classes avant 1912 et après 1921. Pour les consulter, il faut connaître l’année de naissance de l’individu et y ajouter 20 ans pour connaître sa classe (par exemple : un homme né en 1895 appartient à la classe 1915). Il faut également et surtout connaître son lieu de résidence à l’âge de ses vingt ans pour pouvoir identifier le bureau de recrutement dont dépendait sa commune. Il existait trois bureaux de recrutement en Seine-et-Marne :

  • Le bureau de Melun
  • Le bureau de Coulommiers
  • Le bureau de Fontainebleau
Retour au menu

Lorsque le lieu ou la date de recensement ne sont pas connus, il faut consulter les tables alphabétiques par classe tenues par chaque bureau de recensement :

Connaître les lieux de combats des soldats

L’historique régimentaire

Page de l'historique du 32e régiment d'artillerie de campagne, 1920, AD77, Az 8476

Selon l'unité dans laquelle un soldat a servi, consultez l'historique correspondant.
Page de couverture de l’historique du 32e Régiment d'Artillerie de Campagne
(AD77,  AZ8476) 

                                                                            Cliquer pour agrandir l'image

Pour obtenir plus d’informations sur les combats auxquels un soldat a participé, il est possible de consulter l’historique régimentaire de l’unité dans laquelle il a servi. Les Archives départementales de Seine-et-Marne possèdent uniquement ceux des régiments suivants :

  • Historique du 35e régiment d’infanterie territoriale (AZ1114) ;
  • Historique du 32ème régiment d’artillerie de campagne (AZ8476) ;
  • Notice historique sur le 7ème régiment des dragons, quartier Boufflers à Fontainebleau entre 1913 et 1914 (MDZ806) ;
  • Notice historique du 31ème régiment d’infanterie territoriale (MDZ1300).
Ils sont également tous consultables au Service historique de l’armée de terre à Vincennes (SHAT) ou à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC).
Retour au menu

Les journaux de marches et d’opérations (JMO)


 Pour connaître de manière encore plus précise les lieux où un soldat a combattu, il faut consulter le journal de marches et d’opérations de son unité. C’est un journal tenu au jour le jour par un officier et qui relate les différents évènements qui se sont produits dans l’unité tout au long de la guerre. Attention : il ne sera jamais fait mention de votre ancêtre dans le JMO de son unité sauf car particulier : s’il est officier, s’il s’est illustré de manière atypique ou s’il a été tué ou blessé.

Les JMO de toutes les unités engagées au cours de la Première Guerre mondiale sont disponibles sur le site Mémoire des hommes :

Retour au menu

Connaître l'histoire des soldats ayant survécu au conflit

Pensions, secours et récompenses

La sous-série 3R est susceptible de contenir des documents ayant un lien avec les multiples organismes créés à la fin du conflit. Ils permettent de faciliter la réintégration des anciens combattants et des blessés dans la société civile mais également d’organiser le versement de pensions d’invalidité ou de soins médicaux gratuits aux victimes du conflit.

Il est également possible de trouver des informations sur un soldat dans les fichiers de demandes de la carte du combattant sous la cote 3961W1 à 3961W36, ainsi que dans le fichier alphabétique départemental des pupilles de la Nation sous la cote 3962W1 à 3962W15.

Retour au menu

Voir aussi

Sur Internet